Doula en devenir épisode two

  • Post published:25 avril 2016

Déjà 4 mois que j’ai commencé ma formation de doula. 4 mois de rencontres et d’échanges très intenses avec mon précieux cercle de femmes, mes consoeurs, mes doulamies…

Après avoir abordé la question du positionnement et de l’éthique de la doula, deux week-end de formation sur la relation d’aide, nous voilà à aborder la place du père, de la fratrie, les transformations du couple conjugal en couple parental et bien évidemment tout ce que cela soulève notamment au niveau de la sexualité mais aussi potentiellement de la violence conjugale.

Ce week-end m’a beaucoup chamboulée intérieurement… les évènements sensibles de ma vie remontent inévitablement à la surface.

Le plus surprenant réside dans le fait que j’arrive à me confier et à aborder mon histoire avec authenticité car je me sens tout simplement écoutée, en confiance et non jugée.

Ces expériences me permettent de toucher du doigt l’importance de l’écoute active dans la relation d’aide.

Météo du jour, bonjour !

Je démarre le module pleine d’entrain, de motivation et d’enthousiasme. Ma nuit complète genre 22h15-9h à l’hôtel y a fortement contribué ! Un bon petit déj en bas et me voilà partie direction le 4e étage pour la formation !

Petit rituel du bisou et câlin à chacune d’entre elles. J’adore ce moment qui m’alimente en énergie positive et réconfort. Il y a eu des études très sérieuses sur la calinothérapie !

Je constate rapidement que deux de mes consœurs sont absentes et en mon fort intérieur un sentiment d’inquiétude. Puis des nouvelles… J’ai une tendre pensée vers Sandrine qui traverse des moments de vie difficiles… take care my friend… Sans oublier Lara et les hommes de sa vie.

On partage notre humeur du jour et le bilan de ces semaines écoulées.

Certaines ont déjà été contactées pour des accompagnements en tant que doula, d’autres s’interrogent encore, une annonce de grossesse dans notre cercle, une d’une fausse couche, des fragilités et inquiétudes liées à la production de notre travail de fin d’étude (et oui c’est sérieux toussa !), des déménagements… la vie tout simplement.

Au fait, dans le cadre de mon TFE (travail de fin d’étude) je travaillerai sur les violences obstétricales avec Bernadette (qui est très chouette, facile je sais) ma douce et exaltante Sandrine et ma bigasse de Sandra qui peut dévorer 2 tablettes de chocolat, des pailles d’or à la framboise, des biscuits au chocolat sans prendre un gramme. Pouurqqquooiiiiii ????

Chacune de nous arrive donc avec ses bagages, ses forces et ses fragilités, ses doutes et ses espoirs, ses envies et ses craintes, ses injonctions éducatives et ses ancrages familiaux.

Un point nous réunit ici où nous ne formons qu’une seule et même personne. L’envie de soutenir les couples, homme et femme, dans ce beau voyage et aventure que sont la grossesse et la naissance d’un enfant.

Je regarde chacune d’elle et je sens l’Amour avec un grand A de l’être humain, la générosité, la bonté, la fierté et j’oserais même dire la dévotion.

Je suis tellement fière d’être ici, dans ce groupe, à cet instant et de participer très modestement à ramener un peu d’humanité dans les relations humaines que je porte avec Autour des Parents.