Sors de la voiture!

3h45 du matin. Je suis réveillée par des hurlements de femme. Je suis encore dans mon sommeil et je ne sais pas si je rêve ou si c’est la triste réalité.

et des cris.. stridents qui te glace le sang. Je bondis de mon lit et j’ouvre les volets de ma chambre pour regarder la rue et prendre conscience de ce qui se joue dehors, devant ma maison où je couve mes trois stroumphs profondément endormis et bercés par leurs rêves de vacances au soleil, de plage et de toboggans aquatiques.

Une voiture est garée en face de ma maison , les vitres ouvertes et je ne peux que le voir lui… je la cherche du regard mais je ne la trouve pas. Et les cris rejaillissent … je descends les marches de mon escalier et j’attrape au plus vite les clés de la maison.

Bien sûr une fois devant le portail je ne trouve pas cette satanée clé qui va l’ouvrir et Lui bah il m’a vu alors il démarre la voiture.

J’arrive à sortir et je me mets à courir dans sa direction car il s’est garé un peu plus loin

Me voilà moi, du haut de mon 1.56 m, me diriger vers eux. J’ouvre la porte de sa portière à elle et je crie « sors de la voiture ». Elle me regarde avec des yeux remplis de larmes , d’inquiétude et de soulagement et saisi la main que je lui tends. « Il a été violent avec moi madame  » me dit elle « Je vais m’occuper de toi et te mettre en sécurité » lui ai-je répondu. Et lui bah il nous suit en me disant qu’il n’avait rien fait de mal, qu’elle l’avait cherché « un peu » et que c’est pour cela qu’il s’était énervé. « On ne lève pas la main sur une femme, point barre! ». je la garde avec moi ». Arrivées dans ma cuisine j’en arrive à appeler la police car il décide de camper devant chez moi. Je trouve qu’ils mettent du temps à venir… Pascal va le prévenir que la police va arriver et qu’il serait plus sage qu’il retourne à son hôtel. Mais non… il reste devant chez nous… Moi pendant ce temps là je l’écoute elle.. je la rassure, relève ses cheveux, lui faire boire un verre d’eau fraiche ou je reste à ses cotés simplement dans le silence. La police finit par arriver. Contrôle des papiers et c’est tout. Bah oui comme elle ne veut pas porter plainte cela en restera là… je décide de la garder chez moi. la mère louve était réveillée depuis un moment. Je lui prépare son lit , lui propose de prendre une douche avant de se coucher et lui apporte une bouteille d’eau. 5h du matin je tourne et retourne encore dans mon lit. Je n’arrive pas à trouver le sommeil et je m’interroge. Pourquoi personne dans la boite où ils étaient n’est intervenus lorsqu’il l’a tiré par les bras ou lui a attrapé le cou? Pourquoi tous les volets de ma rue sont ils restés désespérément fermés? et aussi pourquoi se sont ils arrêtés juste face à ma maison? J’ai bien quelques réponses… Et devinez où je travaille en partie depuis quelques semaines ? ….Mon fils nous a rejoins dans notre lit à 5H40 et sa présence a fini par m’apaiser et j’ai pu enfin m’endormir jusqu’au réveil de tchoupinette a 7H45… Bref… si vous avez une sœur, une copine, une mère, une collègue de travail qui subi des violences conjugales, AGISSEZ! Un réflexe, le 3919.

 

Aujourd’hui encore une femme meurt toutes les 3 jours en France sous les coups de son compagnon! 118 femmes tuées en 2014 et 25 hommes. Je vous laisse avec cette chanson de Mathilde

un numéro à composer le 3919

Comment on this post

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *