La place du père et la Doula

Nous avons abordé cette question lors de mon dernier week end de formation.

Au fil des échanges je réalise que j’ai mis une grosse pression à mon homme durant mes 3 grossesses.

Les injonctions sont nombreuses aujourd’hui pour les pères et très culpabilisantes.

Je vous dresse ici un petit pèle- mêle , fruit de notre échange collectif, représentatif de ce qui est attendu du père  : Sois fort, soutenant, courageux, protecteur, à l’écoute, investi, ne pas craquer, museler ses émotions, tout accepter de sa compagne( et oui souvenez-vous, elle est enceinte !) , assumer, valoriser la mère « mais si chérie, tu es très jolie ! », conseiller, soulager « pascalou tu peux me masser le dos, j’ai très malllll », assister aux cours de préparation »mais non tu ne vas pas t’ennuyer, il y aura d’autres papas… »,  à l’accouchement (et oui sinon tu renvoies l’image d’être un mauvais père) , prendre part aux taches ménagères, être disponible, anticiper les besoins de sa compagne, patient, s’impliquer dans la naissance…. Et je suis sure qu’il y en a beaucoup d’autres.

th679UPJ4U

Et si le père ne souhaite pas assister aux séances de préparation à la naissance ou à l’accouchement il a de suite l’image de quelqu’un qui fuit et ne s’investi pas… un vrai déserteur!

Mais quelle est la place du père dans tout ce paysage et finalement à qui peuvent ils se confier pour partager eux même leurs doutes, craintes et inquiétudes ?

Il y a 50 ans il était inconcevable pour un père d’être présent à l’accouchement et pourtant l’essentiel des naissances avaient lieu à domicile.

Les études nous montrent que 70% des divorces ont lieu la première année suivant la naissance du premier enfant. C’est dire le chamboulement que cela génère dans le foyer.

thE06RI4AI

Je repense à ma première visite chez mon gynécologue pour ma 1ere grossesse. J’étais présente avec mon mari et pas une seule fois durant l’entretien il ne lui a adressé la parole. D’ailleurs même moi, à part me dire que la grossesse n’était pas une maladie et qu’il ne donne jamais d’arrêt de travail je n’ai pas eu beaucoup plus d’égard.

En sortant de là nous nous sommes dit que nous ne pouvions pas nous faire accompagner par cet homme et nous avons changé de gynécologue.

Heureusement nous avons ensuite eu la chance de faire une jolie rencontre avec Marie Claire.

Quelle place pour la doula auprès des pères ?

–          La doula intervient essentiellement au domicile du couple, dans leur salon, sur leur territoire et l’ambiance est donc différente que d’être reçu en cabinet car rassurant et nourri de ses propres repères.

–          La doula accueille le (les) besoin (s) du père en proposant par exemple des groupes de paroles de pères et en étant à l’écoute de ses sentiments et émotions.

–          La doula ouvre l’espace de parole, sans distinction de genre, au parent en devenir, femme et homme. Le simple fait de demander au père « et vous, comment vous sentez vous ? »

Il y a de plus en plus d’hommes qui sollicitent un accompagnement par une doula suite à un accouchement traumatique ou simplement car ils nourrissent le désir de vivre les choses différemment.

thZDU00C7Y

–          La grossesse est la fusion de deux mondes, deux entités  avec deux familles. La verbalisation des attentes de l’un de l’autre permet de construire le projet de famille avant la naissance de l’enfant.

–          La doula donne les informations nécessaires et attendues par le couple permettant des décisions et choix éclairés en conscience. Il est important que les pères puissent poser leurs questions : épisiotomie, péridurale, accouchement physiologique, sexualité, allaitement… afin de mieux appréhender les évènements.

Je me souviens encore 10 ans après du moment où mon mari a vu tout l’attirail pour l’épisiotomie .. moi j’étais complétement KO par un accouchement long, sous ocytocine, péridurale et sous le choc de cette fabuleuse rencontre avec notre fille.

Il s’est mis à hurler « tu ne touches pas ma femme ! « , au gynéco . Il avait peur que l’on me recoud à vif…

Pas besoin de vous décrire la tête du gynécologue qui lui a rétorqué « le papa il va se calmer où je le fous dehors ! »  Ambiance hors du temps où l’on est complétement infantilisé, sans information sur nos droits. C’était il y a 10 ans mais aujourd’hui encore des propos comme cela à l’égard des pères et des mères perdurent…

On tolère donc la place du père en salle de naissance mais reste bien assis sur ton mini tabouret à la tête de ta femme, pas bougé, ne dit rien et éventuellement tu dégaines le brumisateur.

th4OKOJN8O

Image site la grumeautique

La présence des pères en cas de césarienne n’est acceptée qu’à la marge et au bon vouloir de l’anesthésiste.

Bref, à vous jeunes papas, en devenir ou non, ou compagne/compagnon (et oui les couples homoparentaux cela existe) la doula peut vous accompagner sur votre chemin mais avant tout faites vous confiance, vous avez en vous des ressources insoupçonnées.

th5GZAR1E3

Comment on this post

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *